Cartographie chimique à grande échelle dans la vallée de la Seine

Amélie vient d’achever la phase de terrain d’un important projet de cartographie chimique par pXRF sur un site néolithique et protohistorique de la vallée de la Seine. Il s’agit d’analyser la composition élémentaire des sédiments en surface d’un grand bâtiment néolithique afin de nous renseigner sur l’organisation spatiale de l’édifice. La cartographie a également été étendue sur une surface de plus de 5000 m2 pour englober une partie de l’enceinte néolithique et la nécropole à enclos de l’âge du Bronze. Plus de 1000 mesures ont au total été effectuées.

Les premiers résultats s’avèrent particulièrement intéressants, suggérant l’existence de cloisonnements au sein du bâtiment néolithique jusqu’alors plutôt envisagé comme un espace ouvert. Les données vont maintenant être examinées en détail et confrontées aux autres observations de terrain afin d’en tirer le maximum d’informations.

Résultats de l’étude chimique (XRF) de bijoux protohistoriques

Amélie vient d’achever l’analyse chimique d’un important lot de bijoux de l’âge du Fer découverts en contexte funéraire. Deux cents huit objets ont été analysés par spectrométrie à rayons X de fluorescence afin de comparer leur composition élémentaire en fonction de leur type et de leur contexte de découverte, et éventuellement ainsi établir des liens entre elles et identifier des lots voire des ateliers. 

L’analyse par XRF de ces parures métalliques a révélé que la plupart de ces objets dits en “alliage cuivreux” étaient en fait en plomb. Elle a apporté un éclairage nouveau sur l’aspect technologique de la fabrication des bijoux en prouvant que leur composition était liée à leur typologie. Elle a démontré que certains objets formaient des paires, parfois inattendues, et que les préférences culturelles dans le choix des bijoux semblaient varier d’un ensemble funéraire à l’autre. Ces nouvelles données viennent enrichir nos connaissances des pratiques funéraires et du mobilier métallique à l’âge du Fer, et nous espérons qu’elles ouvriront la porte à d’autres études de ce genre.